Francofolies: optimisme versus connerie

with Pas de commentaire
Giédré ; francofolies de Montreal ; photo ; Franck Billaud ; Saphir Optimiste ; photoptimiste
L’artiste Giédré, à l’humour décapant, aux Francofolies de Montréal

Bien que Les FrancoFolies de Montréal soit un lieu pacifique et bon vivant par excellence, il n’est pas exempt de la bêtise humaine. Suite à un mouvement de foule violent survenu dans la nuit du 17 au 18 juin vers 23 h 30, 6 policiers ont été blessés et 2 arrestations ont été effectuées alors que se produisaient en extérieur un rappeur et un groupe de métal. C’est ce que relate cet article de RDI. L’origine est encore inconnue, mais le résultat est affligeant… Cet acte isolé et plutôt rare dans ce festival, n’entache en rien la qualité des Francofolies au Québec.

Montréal c’est plutôt royal
En plus de faire quelques couvertures des Francofolies pour le magazine Longueur d’ondes, cela fait aussi plusieurs années que je vais régulièrement dans les festivals à Montréal. En 10 ans je n’ai jamais eu connaissance d’une telle situation, au pire une personne éméchée qui a du mal a marcher droit. Les Francos sont à l’image de Montréal, une ville ou il  fait bon s’y balader, quelques soient les saisons et les heures de la journée. En fait ce n’est pas moi qui le dit mais plutôt ma chérie et plusieurs de nos amies qui affirment que c’est un rare endroit ou elles n’ont pas peu de sortir, mème tard la nuit, rien à voir avec Paris par exemple.

Faut il « paranoier »pour autant ? 
Que vous preniez l’avion la voiture que vous sortiez seul ou en groupe il y a un potentiel pour que ça se passe bien. Mais la vie est faite que vous puissiez avoir aussi un accident, la vie est ainsi faite avec ces mystères. De plus l’approche de l’été avec son lot de festivals à Montréal (et dieu sait s’il y en a) rend la vie plutôt optimiste et légère. Alors faut il s’abstenir de sortir en boite de nuit ou dans un lieu public ? la semaine dernière encore il y a eu la terrible tuerie d’Orlando ça se passait la aussi dans un lieu ou les gens étaient venus pour se divertir… Dommage que cert événement est occulté le reste du festival lors de la conférence de presse de cloture des Francos. Il est évident que l’on peut renforcer la sécurité mais on ne peut pas non plus mettre un flic pour chaque festivalier. Et quand bien même cela pouvait être fait, un terroriste bien programmé à tuer trouvera toujours le moyen de faire le pire…

Garder l’optimisme
Avec ces temps troublés ou chaque semaine emmène son lot d’événements dramatiques, il est essentiel de maintenir le cap avec un état d’esprit optimiste. Je peux affirmer que c’est un challenge de tous les jours, une sorte de discipline constante, au même titre que d’aller à la salle de sport. Muscler son état d’esprit quelques soient les circonstances. Et pourtant nous restons humains avec nos hauts et nos bas. Un jour ça va bien et un autre jour beaucoup moins. Le tout étant de composer avec nos propres humeurs et celles des autres, autant d’interactions fluctuantes. L’optimisme c’est de prendre en considération toutes les difficultés qui se présentent pour les transformer en opportunité, à vivre une vie à notre mesure, joyeuse et inspirante malgré tout.

S’inspirer quoi qu’il arrive
Cette 28ieme édition des Francofolies de Montréal c’est bien déroulée dans son ensemble avec un bon dosage de nouveaux talents d’artistes émergents et de stars de la Francophonie (comme chaque année).
Les festivals restent de bons endroits pour profiter de l’été seul ou en famille, une belle opportunité aussi pour les touristes de découvrir les talents locaux. Les artistes que nous découvrons rencontrons en privé ou en public nous renvoie le fait que nous sommes tous créateurs. Nous sommes également des sources d’inspiration réciproques par ce que nous créons et faisons, du plat de pattes à la mélodie de guitare. Les artistes de cet événement sont la pour partager leur création leur état d’âme et bien souvent cela nous touche indépendamment de la sensibilité de chacun.

Le grabuge survenu aux Francos nous rappelle que ça peut arriver, mais qu’il n’y a pas de quoi « paranoier »… Peut être s’agit il d’un rappel qu’ est primordial d’alimenter notre soleil intérieur pour que la paix demeure en nous et quelle puisse s’installer durablement collectivement.  Un sacré défi en perspective ! D’ici la je vais continuer à aller capter les bonnes énergies musicales pour les partager en photos…

Répondre